Royaumes dorés

Royaumes dorés

Royaumes dorés

Doré
Royaumes

Le luxe et l'héritage de l'Amérique antique 

Le luxe et l'héritage de l'Amérique antique 

Le luxe et l'héritage de l'Amérique antique

Un pendentif en or représentant un personnage aux traits d'humain et de jaguar provenant de la région de Tolima, en Colombie (1 av. J.-C.-700 ap. J.-C.). Bogota, Musée de l'or, Banque de la République Un pendentif en or représentant un personnage aux traits d'humain et de jaguar provenant de la région de Tolima, en Colombie (1 av. J.-C.-700 ap. J.-C.). Bogota, Musée de l'or, Banque de la République

Un pendentif en or représentant un personnage aux traits d'humain et de jaguar provenant de la région de Tolima, en Colombie (1 av. J.-C.-700 ap. J.-C.). Bogota, Musée de l'or, Banque de la République

Un pendentif en or représentant un personnage aux traits d'humain et de jaguar provenant de la région de Tolima, en Colombie (1 av. J.-C.-700 ap. J.-C.). Bogota, Musée de l'or, Banque de la République

Un pendentif en or représentant un personnage aux traits d'humain et de jaguar provenant de la région de Tolima, en Colombie (1 av. J.-C.-700 ap. J.-C.). Bogota, Musée de l'or, Banque de la République

« Golden Kingdoms est un véritable exemplaire de
bijouterie pré-colombienne. »

« Golden Kingdoms est un véritable exemplaire de bijouterie pré-colombienne. »

« Golden Kingdoms est un véritable exemplaire de bijouterie pré-colombienne. »

The New York Times

The New York Times

The New York Times

Avec sa turquoise et ses autres matières précieuses incrustées, ce bijou d'oreille Moche
(400-700 ap. J.-C.) offre une représentation détaillée d'un coureur ailé. New York, Metropolitan
Museum of Art.  

Avec sa turquoise et ses autres matières précieuses incrustées, ce bijou d'oreille Moche (400-700 ap. J.-C.) offre une représentation détaillée d'un coureur ailé. New York, Metropolitan Museum of Art.  

Avec sa turquoise et ses autres matières précieuses incrustées, ce bijou d'oreille Moche (400-700 ap. J.-C.) offre une représentation détaillée d'un coureur ailé. New York, Metropolitan Museum of Art.  

Poursuivre la
tradition classique

Poursuivre la
tradition classique

Poursuivre la
tradition classique

Dans l'Amérique antique, les matériaux pour les bijoux de luxe
devaient provoquer une réaction intense, sensuelle et
conceptuelle, afin d'emmener ceux qui les portaient et les observaient
vers d'autres dimensions. « En tant que créateur et artiste,
cela me parle à un niveau personnel, explique David Yurman. Le Met
était mon temple quand j'avais la vingtaine et que je sortais avec
Sybil, mon épouse. Elle étudiait au Hunter College et je la conduisais
de Putnam Valley, où nous habitions, jusqu'en ville, puis
j'allais au musée pour découvrir la bijouterie.
C'était mes bases. »

 

C'est de la fascination de David pour la bijouterie antique
qu'est ensuite venue l'envie de transformer les formes historiques en
créations contemporaines, une idée concrétisée par le premier bracelet Cable
et qui se poursuit à ce jour. Le rôle fondamental qu'à joué le Met
pour David et Sybil, ainsi que pour Golden Kingdoms, l'exploration
révolutionnaire du luxe, des arts visuels et des femmes
de pouvoir, les a inspiré à parrainer l'exposition de
l'institution new-yorkaise.

Dans l'Amérique antique, les matériaux pour les bijoux de luxe
devaient provoquer une réaction intense, sensuelle et
conceptuelle, afin d'emmener ceux qui les portaient et les
observaient vers d'autres dimensions. « En tant que créateur
et artiste, cela me parle à un niveau personnel, explique David Yurman.
Le Met était mon temple quand j'avais la vingtaine et que je
sortais avec Sybil, mon épouse. Elle étudiait au Hunter College
et je la conduisais de Putnam Valley, où nous
habitions, jusqu'en ville, puis j'allais au musée pour découvrir
la bijouterie. C'était mes bases. »

 

C'est de la fascination de David pour la bijouterie antique
qu'est ensuite venue l'envie de transformer les formes historiques en
créations contemporaines, une idée concrétisée par le premier bracelet Cable
et qui se poursuit à ce jour. Le rôle fondamental qu'à joué le Met
pour David et Sybil, ainsi que pour Golden Kingdoms, l'exploration
révolutionnaire du luxe, des arts visuels et des femmes
de pouvoir, les a inspiré à parrainer l'exposition de
l'institution new-yorkaise.

Dans l'Amérique antique, les matériaux pour les bijoux de luxe devaient provoquer une réaction intense, sensuelle et conceptuelle, afin d'emmener ceux qui les portaient et les observaient vers d'autres dimensions. « En tant que créateur et artiste, cela me parle à un niveau personnel, explique David Yurman. Le Met était mon temple quand j'avais la vingtaine et que je sortais avec Sybil, mon épouse. Elle étudiait au Hunter College et je la conduisais de Putnam Valley, où nous habitions, jusqu'en ville, puis j'allais au musée pour découvrir la bijouterie. C'était mes bases. »

 

C'est de la fascination de David pour la bijouterie antique qu'est ensuite venue l'envie de transformer les formes historiques en créations contemporaines, une idée concrétisée par le premier bracelet Cable et qui se poursuit à ce jour. Le rôle fondamental qu'à joué le Met pour David et Sybil, ainsi que pour Golden Kingdoms, l'exploration révolutionnaire du luxe, des arts visuels et des femmes de pouvoir, les a inspiré à parrainer l'exposition de l'institution new-yorkaise.

The Golden Road

The Golden Road

The Golden
Road

Couvrant 2 600 ans et 2 600 miles, cette exposition
au Metropolitan Museum of Art de New York
suit le parcours de l'or dans l'art, des terres des
Incas à celles des Aztèques. Avec plus
de 300 œuvres, dont des pièces récemment découvertes
et des chefs-d'œuvre qui n'ont jamais quitté leur pays d'origine
auparavant, Golden Kingdoms est une célébration
épatante de l'art pré-colombien. Pourtant, l'événement
représente bien plus que de simples reliques antiques. Il explore le concept universel
qui consiste à capturer nos croyances sous forme
physique au sein d'un monde éphémère.

Couvrant 2 600 ans et 2 600 miles, cette exposition
au Metropolitan Museum of Art de New York
suit le parcours de l'or dans l'art, des terres des
Incas à celles des Aztèques. Avec plus
de 300 œuvres, dont des pièces récemment découvertes
et des chefs-d'œuvre qui n'ont jamais quitté leur pays d'origine
auparavant, Golden Kingdoms est une célébration
épatante de l'art pré-colombien. Pourtant, l'événement
représente bien plus que de simples reliques antiques. Il explore le concept universel
qui consiste à capturer nos croyances sous forme
physique au sein d'un monde éphémère.

Couvrant 2 600 ans et 2 600 miles, cette exposition au Metropolitan Museum of Art de New York suit le parcours de l'or dans l'art, des terres des Incas à celles des Aztèques. Avec plus de 300 œuvres, dont des pièces récemment découvertes et des chefs-d'œuvre qui n'ont jamais quitté leur pays d'origine auparavant, Golden Kingdoms est une célébration épatante de l'art pré-colombien. Pourtant, l'événement représente bien plus que de simples reliques antiques. Il explore le concept universel qui consiste à capturer nos croyances sous forme physique au sein d'un monde éphémère.

Rare exemple d'orfèvrerie aztèque, ce labret en serpent (1300-1521 ap. J.-C.) ou pendentif à lèvre a été moulé avec une langue mobile symbolisant l'éloquence de l'empereur. New York, Metropolitan Museum of Art.

Rare exemple d'orfèvrerie aztèque, ce labret en serpent (1300-1521 ap. J.-C.) ou pendentif à lèvre a été moulé avec une langue mobile symbolisant l'éloquence de l'empereur. New York, Metropolitan Museum of Art.

Rare exemple d'orfèvrerie aztèque, ce labret en serpent (1300-1521 ap. J.-C.) ou pendentif à lèvre a été moulé avec une langue mobile symbolisant l'éloquence de l'empereur. New York, Metropolitan Museum of Art.

« Ces objets exquis étaient le principal moyen de
transmettre des idées entre les régions et les époques. »

« Ces objets exquis étaient le principal moyen de
transmettre des idées entre les régions et les époques. »

« Ces objets exquis étaient le principal moyen de transmettre des idées entre les régions et les époques. »

Joanne Pillsbury, curatrice

Joanne Pillsbury, curatrice

Joanne Pillsbury, curatrice

Trouvé dans une tombe de haut statut, ce masque funéraire (900-1100 ap. J.-C.) est fabriqué en alliage
d'or, d'argent et de cuivre. New York, Metropolitan Museum of Art.

Trouvé dans une tombe de haut statut, ce masque funéraire (900-1100 ap. J.-C.) est fabriqué en alliage d'or, d'argent et de cuivre. New York, Metropolitan Museum of Art.

Trouvé dans une tombe de haut statut, ce masque funéraire (900-1100 ap. J.-C.) est fabriqué en alliage d'or, d'argent et de cuivre. New York, Metropolitan Museum of Art.

Dons des dieux

Dons des dieux

Dons des
dieux

En Amérique antique, les métaux précieux n'étaient pas utilisés
pour fabriquer des pièces ou des armes. Ils étaient habités par un pouvoir
divin : l'or était associé au soleil et à l'homme,
et l'argent à la lune et à la femme. L'orfèvrerie a
probablement démarré en Amérique du Sud (vers 2000 av. J.-C.)
avec le repoussé, une technique consistant à marteler des feuilles
de métal par l'arrière, produisant ainsi un relief
subtil. L'orfèvrerie s'est alors lentement répandue vers
le nord, depuis les Andes jusqu'à ce qui est aujourd'hui le Mexique.

 

Au début du premier millénaire, les orfèvres pré-colombiens
ont maîtrisé des techniques visant à combiner de l'or et de
l'argent, représentant ainsi l'union du masculin et du
féminin. La fusion des matériaux a beaucoup plu à David
Yurman, ses bijoux sont en effet souvent basés sur
plusieurs métaux.

En Amérique antique, les métaux précieux n'étaient pas utilisés
pour fabriquer des pièces ou des armes. Ils étaient habités par un pouvoir
divin : l'or était associé au soleil et à l'homme,
et l'argent à la lune et à la femme. L'orfèvrerie a
probablement démarré en Amérique du Sud (vers 2000 av. J.-C.)
avec le repoussé, une technique consistant à marteler des feuilles
de métal par l'arrière, produisant ainsi un relief
subtil. L'orfèvrerie s'est alors lentement répandue vers
le nord, depuis les Andes jusqu'à ce qui est aujourd'hui le Mexique.

 

Au début du premier millénaire, les orfèvres pré-colombiens
ont maîtrisé des techniques visant à combiner de l'or et de
l'argent, représentant ainsi l'union du masculin et du
féminin. La fusion des matériaux a beaucoup plu à David
Yurman, ses bijoux sont en effet souvent basés sur
plusieurs métaux.

En Amérique antique, les métaux précieux n'étaient pas utilisés pour fabriquer des pièces ou des armes. Ils étaient habités par un pouvoir divin : l'or était associé au soleil et à l'homme, et l'argent à la lune et à la femme. L'orfèvrerie a probablement démarré en Amérique du Sud (vers 2000 av. J.-C.) avec le repoussé, une technique consistant à marteler des feuilles de métal par l'arrière, produisant ainsi un relief subtil. L'orfèvrerie s'est alors lentement répandue vers le nord, depuis les Andes jusqu'à ce qui est aujourd'hui le Mexique.

 

Au début du premier millénaire, les orfèvres pré-colombiens ont maîtrisé des techniques visant à combiner de l'or et de l'argent, représentant ainsi l'union du masculin et du féminin. La fusion des matériaux a beaucoup plu à David Yurman, ses bijoux sont en effet souvent basés sur plusieurs métaux.

Croquis d'architecture italienne. Croquis d'architecture italienne.

Un ornement de coffre (200-900 ap. J.-C.) créé à partir d'une feuille d'or martelée. Bogota, Musée de l'or, Banque de la République

Un ornement de coffre (200-900 ap. J.-C.) créé à partir d'une feuille d'or martelée. Bogota, Musée de l'or, Banque de la République

Un ornement de coffre (200-900 ap. J.-C.) créé à partir d'une feuille d'or martelée. Bogota, Musée
de l'or, Banque de la République

Femmes de pouvoir

Femmes de pouvoir

Pouvoir
Femme

Le rôle important des femmes dans ces sociétés, une
découverte archéologique récente, est l'un des autres
éléments de l'exposition ayant inspiré David Yurman.
Certaines des créations les plus spectaculaires illustrent le
pouvoir et l'importance des reines et des prêtresses, ce
qui indique le rôle des sexes dans l'Amérique antique. 

 

Avec leurs décorations détaillées, ces œuvres
complexes faisaient partie d'un symbolisme fondé sur le
corps. Les bijoux qui attiraient l'attention sur la bouche
de la personne qui les portait illustraient son éloquence. Les
bijoux d'oreilles élaborés indiquaient la noblesse. Lorsque les
Espagnols sont arrivés en Amérique, ils identifiaient les
dirigeants à leurs oreilles allongées ornées
de bijoux spectaculaires.

Le rôle important des femmes dans ces sociétés, une
découverte archéologique récente, est l'un des autres
éléments de l'exposition ayant inspiré David Yurman.
Certaines des créations les plus spectaculaires illustrent le
pouvoir et l'importance des reines et des prêtresses, ce
qui indique le rôle des sexes dans l'Amérique antique. 

 

Avec leurs décorations détaillées, ces œuvres
complexes faisaient partie d'un symbolisme fondé sur le
corps. Les bijoux qui attiraient l'attention sur la bouche
de la personne qui les portait illustraient son éloquence. Les
bijoux d'oreilles élaborés indiquaient la noblesse. Lorsque les
Espagnols sont arrivés en Amérique, ils identifiaient les
dirigeants à leurs oreilles allongées ornées
de bijoux spectaculaires.

Le rôle important des femmes dans ces sociétés, une découverte archéologique récente, est l'un des autres éléments de l'exposition ayant inspiré David Yurman. Certaines des créations les plus spectaculaires illustrent le pouvoir et l'importance des reines et des prêtresses, ce qui indique le rôle des sexes dans l'Amérique antique. 

 

Avec leurs décorations détaillées, ces œuvres complexes faisaient partie d'un symbolisme fondé sur le corps. Les bijoux qui attiraient l'attention sur la bouche de la personne qui les portait illustraient son éloquence. Les bijoux d'oreilles élaborés indiquaient la noblesse. Lorsque les Espagnols sont arrivés en Amérique, ils identifiaient les dirigeants à leurs oreilles allongées ornées de bijoux spectaculaires.

Un couteau de cérémonie pré-inca (900-1100 ap. J.-C.) représentant un dieu en or
avec des turquoises sur son chapeau. New York, Metropolitan Museum of Art.

Un couteau de cérémonie pré-inca (900-1100 ap. J.-C.) représentant un dieu en or avec des turquoises sur son chapeau. New York, Metropolitan Museum of Art.

Un couteau de cérémonie pré-inca (900-1100 ap. J.-C.) représentant un dieu en or avec des turquoises sur son chapeau. New York, Metropolitan Museum of Art.

Un patrimoine rare

Un patrimoine rare

Un patrimoine
rare

« Ces œuvres faisaient partie des travaux les plus importants de leur époque et le fait qu'ils aient survécu
est extrêmement rare, déclare Joanne Pillsbury, curatrice de l'exposition. L'or, une
matière exceptionnellement malléable, était très rapidement refondu durant les conquêtes et
après cela », explique-t-elle.

 

Certaines œuvres époustouflantes d'art pré-colombien ont heureusement survécu, comme
un ensemble d'ornements en or pillés retrouvé dans une épave
espagnole, provoquant à ce jour une réaction similaire à celle d'autrefois. Après
avoir admiré les trésors de l'empereur aztèque Montezuma, l'artiste de la Renaissance
Albrecht Dürer a déclaré : « De toute ma vie, je n'ai jamais rien vu qui ait autant
réjouit mon cœur. Car j'ai pu admirer des objets exceptionnels et m'émerveiller à l'ingéniosité
subtile de l'homme de ces terres lointaines. »

« Ces œuvres faisaient partie des travaux les plus importants de leur époque et le fait qu'ils aient survécu 
est extrêmement rare, déclare Joanne Pillsbury, curatrice de l'exposition. L'or, une 
matière exceptionnellement malléable, était très rapidement refondu durant les conquêtes et 
après cela », explique-t-elle.

 

Certaines œuvres époustouflantes d'art pré-colombien ont heureusement survécu, comme 
un ensemble d'ornements en or pillés retrouvé dans une épave
espagnole, provoquant à ce jour une réaction similaire à celle d'autrefois. Après 
avoir admiré les trésors de l'empereur aztèque Montezuma, l'artiste de la Renaissance
Albrecht Dürer a déclaré : « De toute ma vie, je n'ai jamais rien vu qui ait autant 
réjouit mon cœur. Car j'ai pu admirer des objets exceptionnels et m'émerveiller à l'ingéniosité
subtile de l'homme de ces terres lointaines. »

« Ces œuvres faisaient partie des travaux les plus importants de leur époque et le fait qu'ils aient survécu est extrêmement rare, déclare Joanne Pillsbury, curatrice de l'exposition. L'or, une matière exceptionnellement malléable, était très rapidement refondu durant les conquêtes et après cela », explique-t-elle.

 

Certaines œuvres époustouflantes d'art pré-colombien ont heureusement survécu, comme un ensemble d'ornements en or pillés retrouvé dans une épave espagnole, provoquant à ce jour une réaction similaire à celle d'autrefois. Après avoir admiré les trésors de l'empereur aztèque Montezuma, l'artiste de la Renaissance Albrecht Dürer a déclaré : « De toute ma vie, je n'ai jamais rien vu qui ait autant réjouit mon cœur. Car j'ai pu admirer des objets exceptionnels et m'émerveiller à l'ingéniosité subtile de l'homme de ces terres lointaines. »

Ce site utilise des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne possible. Pour en savoir plus sur ces cookies et
mettre à jour vos préférences, consultez notre Déclaration de confidentialité en ligne. En cliquant sur le bouton « J'accepte » ou
en continuant d'utiliser notre site web, vos acceptez le fait que nous utilisons des cookies.